Avant-propos

S' appuyant sur la réflexion et l'inventivité des équipes d'établissement, le dispositif d'aide individualisée s'est trouvé mis en œuvre dans toutes les classes de seconde dès la rentrée de septembre 1999, lancé dès juillet par une université d'été qui s'efforçait d'en tracer la voie.

Les participants se souviennent de la richesse des échanges et de la qualité des témoignages, si attentivement suivis. Pour rendre accessibles à tous l'expérience et la réflexion de chacun, pionnier ou non, la direction de l'Enseignement scolaire a sollicité quatre académies aux visages différents, voire contrastés (Clermont, Lille, Orléans et Versailles), pour leur demander d'accompagner à leur manière cette nouvelle pratique et, surtout, d'en rendre compte. Au plan pédagogique, Marc Baconnet, doyen de l'inspection générale des lettres, et Marc Fort, inspecteur général de mathématiques, ont piloté ce groupe de travail interdisciplinaire.L'académie de Versailles, à l'instar de ses comparses, a donc joué le jeu de cette mise en abyme singulière : s'observer observant, concevoir tout en créant, formaliser " en marchant " le processus de réflexion des équipes engagées

Le groupe de français constitué pour la circonstance n'a vocation ni d'exégète des textes ni de témoin privilégié : ses membres sont des professeurs de terrain, confrontés dès la rentrée aux mêmes doutes et interrogations que tous leurs collègues. Ils ne sont naturellement pas " statistiquement représentatifs " de l'accueil de la mesure dans l'académie, toute formalisation induisant en effet une démarche spécifique qui implique fortement son auteur. Ils s'inscrivent en revanche au cœur de la vie et des contrastes de notre académie, reflétant divers types d'établissements et leurs différents degrés d'investissement. Groupe mêlé où chacun apporte son expérience spécifique de professeur, de formateur, ils se réunissent autour d'une même dynamique de conceptualisation : le propos n'était pas ici de transcrire un simple témoignage, mais d'organiser la réflexion pour la rendre utile à la nécessaire confrontation d'idées et de pratiques que suscite cette modalité nouvelle. Une chose est de relater son expérience, une autre d'en tirer la richesse et de savoir lire la remise en question.

Autour des professeurs qui ont accepté le lourd travail de cette aventure a été présente l'équipe éducative d'un lycée, celui de Longjumeau : l'aide individualisée est, en effet, l'affaire de tous, chef d'établissement, conseiller principal d'éducation, documentalistes et enseignants des différentes disciplines… C'est dans cet esprit que deux proviseurs sont venus rejoindre le groupe de travail, leur contribution participant du débat général et ne restant certainement pas cantonnée aux seules modalités d'emploi du temps : cette ambiguïté valait d'être levée, il s'agit bien ici d'une réflexion partagée.

Christiane Vaissade,
inspectrice d'académie - inspectrice pédagogique régionale de lettres,
coordonnatrice du groupe de travail