Témoignages

 

PAROLES DE professeurS

Témoignage de Jacques Bonnaure

La relation enseignant-enseigné et l'aide individualisée

La pédagogie particulière induite par l'heure d'aide individualisée inscrite dans l'emploi du temps des classes de seconde en français et en mathématiques suppose une modification significative de la relation entre le professeur et l'élève. Bien évidemment, cette modification ne saurait concerner seulement cette heure. On imaginerait mal que le professeur adopte une attitude traditionnelle et magistrale dans les cours "traditionnels" et une attitude innovante dans les cours d'Al. De ce point de vue, l'heure d'Al peut être l'occasion de modifier le rapport global entre le professeur et ses élèves.

Depuis longtemps, la pratique de l'enseignant est globale et s'adresse à une groupe entier. Quelle que soit sa sollicitude à l'égard des cas singuliers, la présence d'une trentaine d'élèves ou plus rend difficile toute autre approche. Depuis longtemps également, l'organisation scolaire a prévu des temps réservés à des activités en effectifs réduits (TD, modules). Ces divers moments ont toujours eu une affectation particulière (exercices de mise en pratique des cours magistraux, méthodologie). Avec les effectifs réellement réduits réservés aux heures d'Al dans la réforme des lycées, un seuil qualitatif est franchi. Avec un groupe de huit élèves (maximum), quels que soient l' activité ou l'exercice proposés, la relation pédagogique va forcément changer. Il semble évident que l'on peut d'abord modifier le rapport spatial entre le professeur et l'élève. Il semblerait assez baroque de faire un cours "au bureau" devant huit élèves dispersés dans une salle de cours "normale". Plusieurs solutions peuvent être suggérées. On se réunit autour de deux ou trois tables; on travaille au CDI, on investit tout autre espace adéquat... Le professeur aura soin de s'adresser individuellement à chaque élève au cours de la séance, ce qui est le plus souvent irréalisable dans un cours traditionnel. La proximité permet certes un rapport plus naturel et confiant mais engage également les deux parties en présence. Le professeur n'est plus protégé par l'espace; il est à niveau (tout un programme!). L'élève lui aussi, est à découvert. Il est forcé d'intervenir (ou s'il n'intervient pas, son mutisme, son absence, seront significatifs!). Bien que le professeur soit là pour diriger la séance, un certain rapport, sinon d'égalité, du moins de partenariat peut s'établir. Un peu à la manière d'un entretien avec un médecin, l'élève à aider (qui n'est pas malade, cela va de soi!) peut ou doit pouvoir professeuriter de ce moment privilégié pour parler de son propre cas, pour exposer simplement ses difficultés, pour évaluer ses progrès, pour demander, pour expliquer "ce qui ne va pas", bref, pour formuler toutes sortes de demandes. De son côté, le professeur sera amené à exposer et justifier ses choix, ses opinions sur les difficultés et les progrès de l'élève.

Un autre point semble important, qui concerne sûrement davantage les enseignants de français que ceux de mathématiques: l'interdisciplinarité. Bien que, dans l'ensemble, l'heure d'Al doive être utilisée pour la prise de conscience de difficultés concernant l'expression et le rapport au langage, la remédiation de certaines lacunes, la mise en confiance d'élèves parfois résignés et même pour des questions de méthode, il serait souhaitable que le professeur de lettres garde sans cesse à l'esprit que son matériau de travail, la langue française, n'est pas seulement utilisable en cours de français. Il ne devra donc pas s'interdire, en relation avec ses collègues, d'aborder des questions d'ordre linguistique concernant d'autres disciplines. Il semble par exemple que, dans toutes les matières, la lecture et la compréhension des énoncés ou des consignes pose souvent problème et gêne le travail des élèves et des professeurs. Le professeur de français ? c'est là encore une modification de son rapport avec ses élèves, et peut?être même un sujet de valorisation ? élargira avec professeurit son domaine de compétence et d'intervention. Cela sous?entend évidemment des relations interdisciplinaires: l'évolution du rapport enseignant enseigné peut, par le biais de la pratique de l'Al, faire évoluer le rapport enseignant?enseignant. Le français devient ainsi une matière cruciale et naturellement trans? disciplinaire.

Témoignage de Béatrice Gerlaud

S'il n'est guère possible de toujours quantifier les progrès des élèves ayant bénéficier de l'aide individualisée, il n'en demeure pas moins que cet espace nous permet d'envisager notre enseignement dans une relation plus étroite avec les élèves. S'asseoir près de l'un d'eux pour lui expliquer tel ou tel point n'est pas anodin. Les élèves sont extrêmement sensibles à cette proximité :
" ce que j'aime en aide individualisée, c'est que la professeur vient nous voir et elle nous explique ce qui va ou pas en français individuellement car chacun a ses problèmes. Je commence à participer en cours pendant l'aide individualisée et je comprends mieux le cours. En classe entière je n'arrive pas à participer car j'ai peur de faire des fautes en parlant et de dire des hors sujets. ".
Effectivement, je n'entends jamais A. en cours en classe entière ; A vrai dire, dans cette classe de seconde, seuls quatre ou cinq élèves (sur vingt-huit) se manifestent régulièrement à l'oral. L'aide individualisée permet à beaucoup d'élèves timides comme A., qui craignent le groupe classe, de s'exprimer. Une autre élève écrit : " on comprend mieux et on a plus de facilité à travailler et à parler surtout ! " L'aide individualisée est aussi un temps imparti aux élèves pour exprimer des difficultés éprouvées.

B., pendant le second trimestre, a participé à une séquence ayant pour objectif l'appropriation d'une méthode d'analyse de textes. Elle écrit : "mais l'ennui, c'est qu'il me faut du temps. pour comprendre le texte puis pour trouver les points importants. Après plusieurs relectures (arrivant jusqu'à 10 relectures !) je commence alors vraiment à analyser. Je crois que j'avais besoin de cette aide et peut-être même encore un peu besoin. " Au moment des contrôles, elle n'a pas le temps de s'approprier ce texte, elle l'effleure seulement. " L'aide individualisée m'a permis de m'investir dans les textes. Même si j'ai encore du mal à avoir les réflexes, maintenant je ne me pose plus de questions sur les textes. " Un peu plus loin elle écrit : " j'ai un peu redécouvert une nouvelle facette du français et que j'aime assez. ". L'aide individualisée est évidemment un temps différent des autres cours par son rythme propre et un espace différent par son inscription physique particulière dans la salle de classe. Les élèves peuvent travailler seuls, à deux... Beaucoup lorsqu'ils se déplacent en aide individualisée éprouvent moins de gène qu'en classe entière. Ils peuvent investir l'espace salle de classe sans craindre le regard de leurs camarades. Le problème évidemment, pour l'enseignant , lorsque beaucoup élèves éprouvent des difficultés, est de faire tourner le groupe. E. à la fin du 2äme trimestre écrit : " le professeur prend beaucoup plus de temps pour nous aider et analyser nos problèmes. C'est grâce à ce système que les élèves arrivent à faire des progrès. Malheureusement, les groupes tournent car il y a d'autres élèves et c'est à cause de cela que je n'ai pas totalement compris la méthode. " N., quant à elle, témoigne de son désarroi lorsqu'elle se retrouve à nouveau seule face à un texte : " Etant laissée seule, d'un seul coup, j'ai du mal à remettre tout ce que l'on a appris sur le papier.". Cette classe aurait mérité de bénéficier d'une heure d'aide individualisée de plus en français. Je regrette que cette mesure n'ait pu être mise 3/ Après l'étude d'un extrait d'Émile ou de l'Éducation et une recherche sur Rousseau et après la lecture silencieuse (par toute la classe, et en classe) d'une biographie de Rousseau ( Itinéraires Littéraires XVIIIe, Hatier, 1988), le travail en A.I. a consisté à répondre à l'une des trois questions suivantes :

1/ Rousseau s'est intéressé aux problèmes d'éducation. Quels éléments de sa vie peuvent expliquer cet intérêt ?
2/ Le Discours sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes ( 1755) est une œuvre importante de Rousseau. Qu'est-ce qui, dans sa vie, peut aider un lecteur à comprendre qu'il ait été sensibilisé aux problèmes d'inégalité ?
3/ Rousseau s'est senti incompris et victime de différents complots. Comment, à la lecture de sa biographie, peut-on comprendre le sentiment qu'il ressentait ?

Ce travail mettait en jeu trois démarches : la recherche d'informations pertinentes, leur organisation et la rédaction ( avec la difficulté majeure d'éviter de recopier la biographie et de ne pas simplement raconter la vie de Rousseau). Cette séquence n'est pas terminée au 15 / 11 / 99.

VI/ RECRUTEMENT ET INFORMATION
Je signale, à chaque début de semaine ( un élève n'est pas inscrit, d'emblée, pour tant de séances, et le groupe peut fluctuer d'une semaine sur l'autre), le lundi pour le mardi, les élèves désignés, en inscrivant les noms sur une feuille que je place sur le bureau : chacun peut la consulter